Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

2 minutes reading time (493 words)

24 novembre 2018 : policiers attaqués par des criminels et méprisés par les pouvoirs publics

950-x-500-solidaire-gilets-jaunes

Samedi 24 novembre 2018, le mouvement des gilets jaunes avait prévu une nouvelle journée d’action.

 

À Paris, le Préfet de Police avait interdit les périmètres autour de l’Elysée pour manifester, mais avait donné son accord pour le Champ de Mars. Ce lieu semblait parfaitement adapté à recevoir les gilets jaunes voulant manifester pacifiquement. D’autant que la marche blanche pour notre collègue Maggy, qui avait appelé à les soutenir, se déroulait juste en face au Trocadéro.

 

Cependant des délinquants et criminels de tous bords sont venus aux Champs Elysée pour en découdre avec les policiers et gendarmes déployés. Ces idiots utiles au gouvernement n’ont fait que décrédibiliser la colère populaire.

 

Premier résultat : plus de 150 blessés parmi nos collègues.

 

Second résultat : le palais du Président de la République était bien protégé, MAIS celui-ci n’a eu que mépris en retour pour nos collègues déployés pour SA sécurité et celle de son château :

 

  • Vacation de 20h30 complétement illégale ;

 

  • Pas de repas pour un grand nombre de collègue CRS, ce qui est aussi complétement illégal ;

 

Les gilets jaunes, ce qui se battent pour défendre leur pouvoir d’achat et non les criminels qui nous attaquent, savent partager avec nos collègues leur repas, à la différence du gouvernement.

 

Nous sommes solidaires avec le peuple et les gilets jaunes, car nous en faisons partie. Nous sommes solidaires car, pour que ce gouvernement puisse manger dans de la vaisselle grand luxe il n’a pas hésité à :

 

  • Maintenir le gel du point d’indice ;

 

  • Remettre un jour de carence en cas de maladie ;

 

  • Augmenter la CSG, mais en la compassant que partiellement ;

 

  • Fiscaliser l’indemnité de nos collègues CRS, mais pas celle 12 fois plus importante de ses députés ;

 

  • Refuser de payer des sommes dû à nos collègues, faute de crédit alloué par le gouvernement à la Police Nationale ;

 

  • Augmenter le prix de l’essence, dont nous avons besoin pour aller bosser, comme de nombreuses personnes  ;

 

Nous ne prônons pas la démission du Président de la République, de l’Assemblée Nationale ou du Sénat. Il y a des élections et des règles pour cela. Cependant nous revendiquons solidairement avec la grande majorité des gilets jaunes le droit de pouvoir finir nos fins de mois sans être dans le rouge à cause de la fiscalité.

 

L’essence, à la différence de nos élus, nous la payons. Et 50€ par mois pour ces personnes n’est peut-être qu’une note de restauration pour une personne, mais pour nous c’est entre une demie semaine et une semaine de budget courses.

 

Monsieur le Président de République Emmanuel MACRON s’est résolu à la concertation. Nous serions heureux de pouvoir participer aux concertations, sauf s’il préfère une nouvelle fois inviter des stars du showbiz.

 

« Ah, si la plus haute dignité de l'état était la dignité humaine ! » Stanislaw JERZY LEC

 

Une 34 ème collègue nous quitte en se suicidant…
Elections professionnelles 2018 : VIGI. se désaffi...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer01 55 82 87 36

Suivez-nous