Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

1 minute reading time (181 words)

Après la plainte : constitution de partie civile

950-x-500-piscine

Nous nous sommes portés partie civile, lundi 23 juillet 2018, après avoir eu la satisfaction de voir un juge d’instruction nommé pour s’occuper de l’affaire BENALLA/MACRON.

 

Nous voulons avoir accès au dossier pour qu’aucun des responsables hiérarchiques au plus haut sommet de l’Etat ne soit « oublié », comme il a été « oublié » de saisir le procureur dès que ces mêmes personnes ont eu connaissance des délits commis par le sbire de l’Elysée.

 

Car non une sanction administrative de 15 jours d’exclusion de fonction, non effective selon le directeur de la DOPC, ne peut pas remplacer la décision pénale d’un juge.

 

Être partie civile va nous permettre de vérifier que nos trois collègues fautifs soient sanctionnés, mais uniquement pour leur manquement et non qu’ils soient les boucs-émissaires d’un système de « magouilles ».

 

 

« Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que du vent. » George ORWELL

 

 

Affaire BENALLA : choix d’auditionner les syndicat...
Affaire BENALLA : conclusion des auditions personn...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer01 55 82 87 36

Suivez-nous