Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

3 minutes reading time (520 words)

Après le « doux despotisme », après la « sortie de l’Etat de droit » : les « polices privées »

Jacqueline-950-x-500

Lors des questions au gouvernement, la députée Marine LE PEN, s’est inquiétée que les pouvoirs régaliens de l’Etat soient sous-traités à des sociétés de sécurité privée.

 

La Police de Sécurité du Quotidien n’est pas une police de proximité, mais une police qui veut « vendre » le plus possible de ses missions au secteur privé. Chacun pourra avoir une sécurité en fonction de qu’il peut payer pour être protégé par des société de sécurité privée d’intervention.

 

Le problème soulevé par la députée est le manque de contrôle pour accéder à la profession d’agents de sécurité privé.

 

Notre organisation, ainsi que la CGT prévention sécurité avions déjà dénoncé ces dérives concernant l’armement des agents de sécurité.

 

Le refus d’étendre les contrôles de la part du Ministère de l’Intérieur est incompréhensible, surtout après avoir voté un « état d’urgence permanent » dans la Loi ordinaire, que nous avions également combattu, car cette Loi était dangereuse pour les libertés individuelles. Si on résume la position du gouvernement : limiter les libertés individuelles OUI, vérifier qui va assurer notre sécurité NON.

 

Un rapport de la Cour des Comptes a également souligné les défaillances du CNAPS dans le contrôle des habilitations.

 

Finalement la réponse à la question ne sera pas donnée par le Ministre de l’Intérieur, mais par la Ministre auprès du Ministre de l’Intérieur. En effet, le candidat MACRON avait promis de limiter le nombre de conseillers par ministre, à tel point qu’ils n’étaient pas assez nombreux pour faire le boulot. Du coup le gouvernement a inventé le Ministre auprès du Ministre pour doubler le nombre de conseillers tout en pouvant annoncer la tenue des engagements de campagnes. Au final pour la com’ du Président de la République, nous avons des emplois « fictifs » de ministre, pendant que sur le terrain on manque de tout.

 

Donc la réponse de la Ministre « remplaçante » fait froid dans le dos. Elle parle de polices privées, à plusieurs reprises, ce qui ne peut dont pas être un lapsus, mais bien une volonté politique. D’ailleurs, ce système de police privée existe déjà aux Etats-Unis.

 

Bien que le Ministère de l’Intérieur refuse de passer les candidats des « polices privées » à tous les fichiers, alors qu’ils peuvent être armés, bien que la Cour des Comptes ait constaté les défaillances du CNAPS dans les habilitations, Madame Jacqueline GOURAULT est formelle « les relations avec les polices privées sont tout à fait contractuelles, surveillées et contrôlées ». Prière de la croire sur parole, vu que c’est une « prêtresse » du grand dieu Jupiter. Nous, simples mortelles, n’avons pas à savoir COMMENT ces polices privées sont contrôlées et surveillées.  

 

A VIGI. nous voulons au contraire que la Police Nationale reste un service public dont tout le monde peut bénéficier GRATUITEMENT, pas en fonction du niveau de richesse ou de tout autres critères rompant le principe d’Egalité.

 

« La police consiste à assurer le repos du public et des particuliers, à protéger la ville de ce qui peut causer des désordres ».

Édit de Saint-Germain-en-Laye, 15 mars 1667

 

Y aurait-il une provocation au suicide, voir une c...
Le DGPN annonce pour la 2ème fois que l’IGPN va co...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer06 22 77 85 43

Suivez-nous