Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

2 minutes reading time (359 words)

« Ce n’est pas parce que l’on est inexpérimenté et totalement inculte en matière de maintien de l’ordre qu’il faut faire n’importe quoi » Alain BAUER

950x500-acte-19-dployer-larme

Pour l’acte XIX le gouvernement a déclaré par la voix du Ministre de l’Intérieur que « le préfet de police pourra s’appuyer sur les militaires de Sentinelle, qui ne doivent en aucun cas participer au maintien de l’ordre, pour assurer la protection des biens et des personnes contre le terrorisme ».

 

Une fois de plus, une déclaration de Monsieur CASTANER qui ne veut rien dire.

 

Soit les militaires assurent les mêmes missions que d’habitude et en parler dans le cadre de l’acte XIX des Gilets Jaunes n’a aucun sens, si ce n’est attiser les tensions.

 

Soit les militaires vont être susceptibles de faire du maintien de l’ordre dans le cas de l’acte XIX, ce qui n’a aucun sens vu qu’ils ne sont pas formés pour ça, pas équipés pour ça et que ce n’est pas leurs missions.

 

Quel que soit l’hypothèse retenue, que va-t-il se passer si des militaires sont pris à parti dans le cadre de leur missions ?

 

Soit ils se laissent  faire, comme durant l’acte XIII et le gouvernement les mets alors en dangers.

 

Soit ils ripostent et le gouvernement mets en danger la population par une réponse disproportionnée, en utilisant l’armée pour tuer des civils, comme à Fourmies le 1er mai à Foumies.

 

Soit ils fraternisent avec les manifestants comme en 1907 où le 17ème régiment d’infanterie de ligne.

 

Dans tous les cas nous sommes au niveau 0 sur les conséquences opérationnelles.

 

La France a déjà été citée avec le Vénézuéla et le Mozambique dans sa gestion du maintien de l’ordre par l’ONU, quels va être notre prochain niveau ?

 

Nous n’avons pas besoin de l’armée pour assurer l’ordre public en France, mais de personnes compétentes, qui veulent assurer la Liberté de manifester en sécurité, plutôt que de courtisans qui nous détournent de nos missions, pour réprimer un mouvement social, mais pas les criminels qui s’y infiltrent.

 

« L’état de droit dans une République, n’est pas le droit de l’état à faire ce qu’il veut » Anonyme

 

Réorganisation du SDRT 78, où est passé l’avanceme...
Pendant que le Ministre fait la fête, nos collègue...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer06 22 77 85 43

Suivez-nous