Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

2 minutes reading time (357 words)

Cellule de surveillance des journalistes rebelles

Agent-secret

 

Paris le 6 juin 1862

 

Lettre de dénonciation

 

Monsieur le Directeur de de la Sûreté Général,

 

J’ai lu dans la gazette impériale que toute remise en cause de l’empereur pouvait une être une atteinte à la sûreté de l’Etat.

 

Aussi je vous écris pour dénoncer mon voisin, l’avocat républicain Jules FAVRES qui insulte régulièrement l’empereur Napoléon III, en clamant haut et fort : « En France, il n’y a qu’un seul journaliste, et ce journaliste c’est l’empereur. »

 

 

Pouvez-vous venir le chercher demain ?

 


 

Moscou le 15 avril 1882

 

Lettre de dénonciation

 

Monsieur le chef de l’Okrahna

 

Vous avez convoqué un journaliste de la Gazette de Moscou, qui a compromis le secret de la défense nationale, en donnant le nom de Sergueï ZOUBATOV, agent infiltré de vos services.

 

Aussi je peux vous dire qu’il y a d’autres journalistes qui violent régulièrement le secret de la défense. Je serai au café Pouchkine mercredi à 12h30 avec une écharpe blanche et je tiendrais à votre disposition une liste de journalistes. 

 


 

 

France 2019 : tentative de perquisition du journal Médiapart, pour avoir révélé des enregistrements dans l’affaire BENALLA/MACRON.

 

France 2019 : la journaliste du Monde, Ariane CHEMIN, est convoquée à la DGSI, pour ses articles sur l’affaire BENALLA/MACRON, en invoquant la compromission du secret.

 

La compromission du secret qui est encadrée effectivement par un cadre légal, ne doit pas servir à censurer la presse qui enquête sur une affaire d’Etat.

 

Est-ce que les délégués de VIGI. seront « embastillés » car ils sont partie civile, dans l’affaire BENALLA/MACRON ? Serons-nous convoqués à la DGSI et fichés S ?

 

Les policiers français du renseignement, qui sont au service des citoyens, ne veulent pas devenir une police politique.

 

Certains fonctionnaires du renseignement disent avoir honte de ces pratiques, que jamais ils n’auraient imaginé découvrir au pays des Droits de l’Homme.

 

« Si l’homme est créé libre, il doit se gouverner, si l’homme a des tyrans, il les doit détrôner » Voltaire

 

1984 une anticipation et non une fiction
Un CRS renvoyé aux assises pour mutilation, quelle...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer01 55 82 87 36

Suivez-nous