Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

3 minutes reading time (679 words)

« Je ne suis pas le Père Noël car [les policiers] ne sont pas de grands enfants » Emmanuel MACRON Président de la République

Qui-alors-950-x-500

 

VIGI. aurait aimé souhaité un joyeux Noël et une bonne année 2018 à tous les personnels de la Police Nationale.

 

 

Mais cela serait hypocrite et un manque de loyauté envers le Président de la République, qui n’est pas le Père Noël. Car notre Super Président, pour récompenser l’investissement sans faille de tous les collègues à la sûreté de la population et plus particulièrement de la sienne, ce dernier ayant quand même doublé sa « garde prétorienne », va nous « fouetter » un peu plus avec :

 

- La remise en place d’un jour de carence pour punir les fonctionnaires malades ;

- Le gel du point d’indice, pour reprendre d’une main ce qui a été donné par l’autre ;

- La suppression de l’indemnité de résidence ;

- La modification des règles liées à la majoration des indemnités des fonctionnaires en postes Outre-Mer ;

- La suppression du supplément familial de traitement ;

- La suggestion du gel de l’avancement durant une année ;

- L’augmentation de la CSG ;

- Le calcul de la retraite sur 20 dernières années au lieu de 6 mois ;

- Le maintien de la suppression de l’Avantage Spécifique d’Ancienneté (ASA) pour les services départementaux ;

- Séparer le calcul du point d’indice pour les différentes fonctions publiques, « parce que leur réalité est différente », certains ont le droit de grève et d’autres non…

 

 

 

VIGI. peut par contre souhaiter un joyeux Noël et une bonne année 2018 à tous nos politiques et aux riches amis du Président de la République, car si nous devons, nous personnels de la Police Nationale faire des efforts, c’est pour qu’ils puissent vivre dignement, sans avoir à manger des pâtes, à ressortir des vêtements de la cave ou à devoir déménager. 

VIGI. avait pourtant fait une liste au Père Noël pour la Police Nationale :

 

- Redonner un sens au métier de policier pour nous permettre de garder la paix et non de produire des statistiques sous le diktat d’une politique du chiffre, en demandant un rendement qualitatif et non quantitatif.

 

- Donner une plus grande importance à la prise en charge des victimes, qu’à celle des délinquants et criminels.

 

- Nous donner des conditions de travail digne pour accomplir nos missions efficacement.

 

- D’étendre le nouveau cycle horaire, permettant d’avoir un week-end sur deux à tous les collègues, en renforçant les services en conséquence. Ce cycle permet de plus une meilleure formation.

 

- Mettre fin à l’accumulation des heures supplémentaires, nous avons besoin de repos.

 

- Que le Ministère de l’Intérieur, notre employeur, prenne en charge comme il est obligé légalement, tout ou une partie de notre mutuelle, comme cela est appliqué dans le reste de la fonction publique.

 

- Privilégier les mutations à caractère social par rapport aux mutations « ponctuelles » des syndicats dits représentatifs.

 

- Qu’on puisse bénéficier du 75% SNCF, comme nos collègues militaires, pour que ceux qui sont éloignés géographiquement de leur famille.

 

- Proposer des crèches pour nos enfants en adéquation avec nos horaires, même si nous devons faire des heures supplémentaires, y compris la nuit ou le week-end, etc.

 

- Avoir un système de mutations et d’avancements transparents, prenant en considération des critères objectifs et chacun ait connaissance du motif de refus.

 

- Mettre fin au détournement de la procédure disciplinaire, qui pour le moment relève de la « lettre de cachet » de l’Ancien Régime. Que les collègues puissent avoir un ordre d’idées des faits sanctionnables et à quelle hauteur, par la publication d’une « jurisprudence disciplinaire » Police Nationale.

 

- Supprimer la médecine statutaire, pour une médecine de prévention indépendante.

 

- Que ce ne soit pas la Police Nationale qui enquête sur elle-même uniquement, mais qu’il y ait aussi des services indépendants.

 

- Supprimer le Code de Déontologie de la Police Nationale, pour le réécrire conformément au Code Européen d’Ethique de la Police, signé par la France en 2001.

 

« Dès que l'adulte tue le mythe de l'existence du père Noël, il oublie le miracle du vrai partage qui existe dans le cœur de l'enfant » Michel BOUTHOT 

 

 

Magouilles sur les statistiques de la délinquance ...
VIDEO. Les chiffres de la délinquance reflètent-il...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer06 22 77 85 43

Suivez-nous