Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

5 minutes reading time (958 words)

« Ma hiérarchie m'a tuée, ne les laissez pas s'en sortir les mains propres. » Aurélia

Justice-pour-Aurlia

L’association Hors-Service a déclaré un rassemblement statique place des Invalides à Paris le mercredi 10 mars 2021 de 12h00 à 14h00, à la mémoire de notre collègue Aurélia qui s’est suicidée d’une balle de 9mm le 6 septembre 2020. Aurélia avait rédigé ces mots terribles avant de passer à l’acte :

 

Parce que je ne compte pas.

 

L’association Hors-Service nous a convié à son rassemblement et nous avons répondu présents. Le combat pour la vie est un combat qui dépasse tous les clivages. Nous invitons tous nos adhérents et sympathisants qui pourront faire le déplacement, de venir honorer la mémoire de notre défunte collègue.

 

Pourquoi un rassemblement maintenant ?

 

Parce que l’enquête sur sa mort vient d’être clôturée et comme d’habitude aucun membre de la hiérarchie policière n’a été inquiété pour son management délétère, qu’un magistrat consciencieux aurait pu qualifier de harcèlement moral au travail. Oui de harcèlement moral au travail défini à l’article 222-33-2 du code pénal :

 

Le fait de harceler autrui par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende.

 

Nous ne sommes plus dans l’altération de sa santé, mais bien au-delà, puisque ces agissements répétés ont conduit à sa mort.

 

D’ailleurs Aurélia a consigné son testament par écrit :

 

Ils diront que ce sont mes problèmes personnels, mais ce qui m'a fait sombrer c'est la hiérarchie, l'absence totale de soutien et le plaisir de m'enfoncer encore plus.

 

Toutes les organisations qui se rassembleront le 10 mars 2021 honoreront ses dernières volontés :

 

Ma hiérarchie m'a tuée, ne les laissez pas s'en sortir les mains propres.

 

Le premier « tueur » de policiers en France est malheureusement la Police nationale elle-même. Rien de sérieux n’a été fait depuis les années 1980 pour lutter contre ce fléau et un policier a dix fois plus de chance de mourir de sa propre main, que sous les coups d’un criminel ou d’un terroriste.

 

Depuis que Monsieur Emmanuel MACRON est Président de la République, plus de 164 policiers se sont suicidés. Oui plus de 164 sans pouvoir être précis, car jusque dans les tombeaux la propagande d’Etat falsifie les chiffres pour minimiser son incurie. Le chiffre réel est plus élevé, car il ne tient pas compte de nos collègues administratifs, techniques, ouvriers d’état, scientifiques, SIC, qui subissent le même management.

 

Monsieur Éric MORVAN, quand il était DGPN (août 2017 à janvier 2020) a avoué que : « l’explication n’est pas conjoncturelle, elle est structurelle. » Donc c’est bien le management et l’institution qui sont en cause et non des faits extérieurs. Analyse confirmée par Monsieur Christophe CASTANER, alors le Ministre de l’Intérieur : « j'en ai assez d’entendre, à chaque fois, ça n’avait rien à voir avec le service, c’était seulement personnel. »

 

 Pourtant depuis le début du quinquennat beaucoup de mesures de communication, sans aucune efficacité :

 

En conséquence, nous avons déposé plainte auprès du Procureur de Paris, le 11 septembre 2019, par l’intermédiaire de notre avocat maître BOUZROU, pour complicité de harcèlement moral au travail, sur le fondement de l’article 222-33-22 du Code Pénal.

 

C’est pour ces mêmes motifs de harcèlement au travail institutionnel, aboutissant à 19 suicides, que le parquet a requis contre la direction de France Telecom 15 000€ d’amende et un an de prison.

 

Depuis 1 an et demi nous n’avons aucune nouvelle de notre plainte, en revanche nos collègues continuent de mourir par dizaine sous le joug d’une administration inhumaine. Qui y-t-il de plus précieux qu’une vie humaine ? Un déroulé de carrière, des primes, des économies budgétaires ? NON RIEN !!!

 

Pourtant les solutions sont connues : il faut juste une volonté politique ! Voici quelques pistes :

 

  • * Un suivi psychologique OBLIGATOIRE tous les trimestres pour les personnels.
  • * Supprimer la médecine statutaire, pour une médecine de prévention indépendante.
  • * Que le Ministère de l’Intérieur, notre employeur, prenne en charge comme il est obligé légalement, tout ou une partie de notre mutuelle, comme cela est appliqué dans le reste de la fonction publique.
  • * D’étendre le nouveau cycle horaire, permettant d’avoir un week-end sur deux à tous les collègues, en renforçant les services en conséquence. Ce cycle permet de plus une meilleure formation.
  • * Mettre fin à l’accumulation des heures supplémentaires, nous avons besoin de repos.
  • * Avoir un système de mutations et d’avancements transparents, prenant en considération des critères objectifs et chacun ait connaissance du motif de refus et privilégier les mutations à caractère social par rapport aux mutations « ponctuelles »des syndicats dits représentatifs.
  • * Qu’on puisse bénéficier du 75% SNCF, comme nos collègues militaires, pour que ceux qui sont éloignés géographiquement de leur famille.
  • * Proposer des crèches pour nos enfants en adéquation avec nos horaires, même si nous devons faire des heures supplémentaires, y compris la nuit ou le week-end, etc.
  • * Mettre fin au détournement de la procédure disciplinaire, qui permet de nombreuses fois d’accentuer le harcèlement moral au travail.

 

 

« Dans la vie, il est des rencontres stimulantes qui nous incitent à donner le meilleur de nous-même, il est aussi des rencontres qui nous minent et peuvent finir par nous briser. » Marie-France HIRIGOYEN, le harcèlement moral.

 

Contact presse Alexandre LANGLOIS : 06 14 51 58 27

 

Interdiction du rassemblement en mémoire de notre ...
Défendez-vous !!!

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://vigimi.fr/

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer06 22 77 85 43

Suivez-nous