Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

2 minutes reading time (355 words)

Reprise des auditions au Sénat dans le cadre de l’affaire BENALLA-MACRON

Les-yeux-dans-les-yeux-950-x-500

Monsieur MACRON président de la République le dit : circulez il n’y a rien à voir.

 

Rien à voir, nous sommes d’accord, par contre à cacher, nous ne le sommes pas (liste non-exhaustive) :

 

  • Aucun signalement des délits de Monsieur BENALLA au Procureur par la Préfecture de Police ou l’Elysée ;

 

  • Coffre de Monsieur BENALLA toujours dans la nature, ainsi que son contenu réel ;

 

  • Refus de Monsieur BENALLA de donner le nom de son « ami » qui a déménagé son coffre ;

 

  • Refus de Monsieur BENALLA de donner son téléphone portable personnel ;

 

  • Refus de l’Elysée de donner la fiche de paie de Monsieur BENALLA ;

 

La « République irréprochable » du candidat MACRON est remplacée par « pas vu, pas pris » du Président de la République MACRON. Le fait que le sommet de l’Etat ne soit pas exemplaire entrave les policiers de terrain dans le travail. Mais comme les statistiques officielles sont « truquées », ça ne se voit pas en haut lieu.

 

Heureusement que le Sénat se donne le temps de « connaître la réalité des faits ». Mais cela déplaît au pouvoir exécutif.

 

Aussi la Garde des Sceaux souligne qu’il « y a un principe fort de séparation des pouvoir. Une information judiciaire a été ouverte sur la base des événements qui se sont déroulés autour du 1er mai et sur la transmission des vidéos. Cette information judiciaire doit pouvoir progresser en toute indépendance. »

 

Nous ne voudrions pas dire que Madame la Ministre de la Justice est une hypocrite, mais la séparation des pouvoirs semble à sens unique.

 

Le Procureur en charge de l’affaire, Monsieur François MOLINS, refuse notre réquisitoire supplétif sur la « la disparation » du coffre de Monsieur BENALLA et la perquisition qui l’entoure, digne d’une aventure des « Pieds Nickelés ».

 

Outre que le Parquet n’est pas indépendant, Madame Nicole BELLOUBET ne voit pas de conflit d’intérêts au fait que le Procureur MOLINS soit en attente d’une promotion pour devenir Procureur Général près la Cour de Cassation…

 

« En politique, une absurdité n’est pas un obstacle. » Napoléon Bonaparte

 

Rapport parlementaire sur le continuum de sécurité
Les auto félicitations du Ministère de l’Intérieur...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer01 55 82 87 36

Suivez-nous