Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

2 minutes reading time (376 words)

Une prof’ diffame la Police Nationale auprès de ses élèves dans une émission de France 3 !!!

950-x-500-vrai-faux

Bravo à l’Education Nationale de sélectionner des profs, qui diffament la Police Nationale auprès de leurs élèves et les incitent à se méfier de nos collègues.

 

De 27’49’’ à 29’56’’ de l’émission cette professeur explique à une élève que si Zyed et Bouna sont morts c’est à cause de la Police Nationale, alors même que nos collègues ont été relaxés au bout de 10 ans de procédures. Mais que vaut une décision de Justice après tout…

 

Elle continue en disant que si Hadama TRAORE est mort c’est à cause de la Police Nationale, alors même que c’est une intervention de le Gendarmerie Nationale, basée sur le Code de la Défense, les gendarmes étant des militaires. Merci à l’Education Nationale de mieux former ses professeurs pour éviter de raconter n’importe quoi.

 

Elle confirme également les propos délirant de son élève, qui pense que les policiers français, généralement blancs, ont une volonté de tuer des jeunes noires et des jeunes arabes. A sa décharge elle n’a pas dû prendre l’option : « la diffamation, qu’est-ce que c’est ? »

 

Bonne nouvelle, cette professeure ni voit pas un complot orchestré par l’Etat, seulement par l’institution Police Nationale, qui, selon elle, a tendance à couvrir ce genre de bavures pour que les policiers ne soient pas condamnés.

 

On lui rappelle que la Police Nationale a sanctionné encore plus de 2000 policiers en 2017, la plupart des collègues sur le terrain, l’IGPN préférant le plus souvent croire les versions de délinquants ou criminels, que celles de nos collègues assermentés.

 

Seul notre haute hiérarchie bénéficie d’une carte joker impunité, qu’elle partage avec ses « partenaires » des syndicats dits majoritaires, qui peuvent tenir des propos racistes sans être inquiétés.

 

VIGI. demande à l’Education Nationale de prendre des mesures, pour rendre impossible que ses agents forment les élèves à une suspicion de l’action de la Police Nationale et à la « culture de l’excuse », qui ne vont que renforcer une haine anti-flic, fondée sur des éléments fantasmés.

 

« Il y a ce que les gens ont envie d'entendre, ce que les gens ont envie de croire et puis seulement après il y a la vérité. » Proverbe.

 

Rapport du Sénat : confirmation que la Police Nati...
La patronne de l’IGPN : « Aucun policier n’est int...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer01 55 82 87 36

Suivez-nous