Inscription      Connexion      Contact         picto fb     picto twitter     logo youtube

2 minutes reading time (484 words)

Vœux de la Police Nationale ou fête privée aux frais du contribuable ?

Invitation-voeux

La cérémonie des vœux de la Police Nationale, présidée par le directeur général Éric MORVAN, aura lieu lundi 13 janvier 2020 en présence du ministre de l’Intérieur, Christophe CASTANER et du secrétaire d’Etat Laurent NUNEZ, à 11h à Cannes-Ecluses (77).

Le cabinet avait « oublié » de nous inviter, ainsi que d’autres syndicats ou associations de policiers en colère.

Pensant à un oubli, nous avons répondu présent et informé les organisations « oubliées », pour réparer l’erreur de notre direction générale.

Quel ne fut pas notre stupéfaction en recevant cette réponse :


Pour faire suite à votre courriel, la cérémonie de vœux citée en objet est réservée aux personnes ayant été destinataires d'une invitation personnelle, ce qui n'est pas votre cas. Vous n'aurez donc pas accès au site lundi, merci de votre compréhension.

 

Nous pensions que c’était les vœux de la Police Nationale et que nous étions tous dans le même camp. A priori même au sein de la police nationale nos employeurs s’emploient à la division, en fonction de l’opinion de chaque organisation et non de la Loi, aussi bien pénale qu’administrative, la discrimination étant interdite.

 

Les heureux invités sont les organisations qui ont fraudé lors des élections professionnelles, qui se réjouissent de la mutilation d’un manifestant, pour qui bamboula est une expression convenable, qui demandent de tuer les avocats militants, qui soutiennent des violeurs, etc.

 

La représentativité au sein de la Police Nationale n’est pas le critère retenu, vu que le SCSI-CFDT, non représentatif, est invité.

 

Nous ne sommes pas invités car nous avons voulu faire notre travail de policiers en dénonçant les crimes et délits au sein de notre institution : avoir déposé plainte pour les 110 suicides de nos collègues depuis que le DGPN a pris ses fonctions,  la dénonciation auprès du procureur de la falsification des chiffres de la délinquance, se traduisant par un détournement de fond en bande  organisée, avoir dénoncé les agissements d’un médecin police agresseur sexuel, depuis condamné par la Justice, dénoncé la gestion du maintien de l’ordre mutilant des innocents, blessant des policiers inutilement et creusant un fossé entre le peuple et sa police, etc.

 

Il y a donc une erreur dans l’invitation, ce ne sont pas les vœux de la Police Nationale, mais une fête privée aux frais du contribuable. Enfin le choix d’une école de police n’est pas anodin : la peur d’être hué. Aucun risque avec des élèves, qui veulent réussir leur scolarité. Cela en dit long sur la popularité de notre haute hiérarchie en dehors des salons de la Place Beauvau.

 

« Mais ils ne font guère mieux ceux d’aujourd’hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux ». Etienne de LA BOETIE (1576)

 

Déontologie : une fois de plus notre employeur nou...
Nous avions demandé sa démission, mais le DGPN a c...

Newsletter

Recevez la newsletter Vigimi en remplissant les champs ci-dessous
J'accepte la Politique de confidentialité

Contact

tel footer06 22 77 85 43

Suivez-nous